Une randonnée unique au monde dans les Tsingy de Bemaraha

Une excursion spectaculaire dans les Tsingy de Bemaraha

Prononcer leur nom peut-être compliqué, ce qui annonce la complexité de la randonnée. Classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1990, c’est une réserve naturelle protégée qui fait partie du réseau de Madagascar National Parc. C’est de l’aspect des roches que le nom a trouvé son origine. Pour se déplacer à travers les roches pointues, marcher sur la pointe des pieds était vivement conseillé, pour éviter de s’entailler les pieds sans souliers. Et en malgache, cette démarche pointilleuse se traduit par “mitsingitsingy”. C’est ainsi que les roches en formes d’aiguilles ont été baptisées.

La formation exceptionnelle de cette merveille

Il était une fois, il y a 200 millions d’années de là, la naissance de l’île de Madagascar par sa séparation avec le continent africain. Par ce glissement des plaques, une immense plaque calcaire a émergé des fonds marins, formée de fossiles et de coquillages morts sous la mer. C’est la dissolution de ce plateau de calcaire, causée par le ruissellement de l’eau de pluie, qui a façonné ce bloc rocheux en lapiaz : une sculpture karstique érigée par l’érosion pluviale, formant des fentes et des lames affilées sur une profondeur pouvant atteindre plusieurs mètres. C’est au cœur de cette curieuse formation que vous arpenterez les Tsingy avec stupéfaction.

La richesse endémique d’une biodiversité fantastique

La réserve naturelle est un ensemble de massif de calcaire, de forêt tropicale sèche, de mangroves et de lacs, où diverses espèces y trouvent refuge. Les 883 espèces de plantes, les 103 variétés d’oiseaux, les 84 espèces de reptiles et les 4 espèces de carnivores et les 34 espèces d’amphibiens font le bonheur des botanistes, biologistes, et voyageurs. Une agréable randonnée agrémentée par le son des oiseaux, le parfum des fleurs et la rencontre avec lémuriens, mangoustes et geckos.

 

Une route sinueuse parfois hasardeuse

Les Tsingy de Bemaraha sont situées dans la petite ville de Bekopaka, à environ 150km de Morondava, sur la côte ouest de la Grande Ile. Attention, chiffre trompeur! La distance parait courte, mais selon votre choix de transport, la durée de trajet peu largement varier.

Par voie aérienne, l’option la plus sereine (environ 2h45)

En plus du niveau de confort bien agréable, la vue surplombant les fameuses cathédrales de calcaire offre un souvenir inoubliable. Après environ 1h15 de vol depuis Antananarivo, l’atterrissage est le point de départ des 5km de piste avant d’atteindre le village de Bekopaka en 1h30 de trajet en moyenne.

Avec la voiture, c’est l’aventure (entre 10 et 12 heures)

Le voyage commence en 4×4 au départ de Morondava. Après une vingtaine de kilomètres, la majestueuse allée des Baobabs sur route ensablée est le point de départ d’une piste sinueuse, zigzaguant entre bourbiers, trous, et charrettes. se fait parfois oublier en appréciant la diversité des paysages,  passant au travers de forêt de baobabs, de savanes sèches et de petits villages. Les trépidations incessantes du véhicule sont interrompues par le franchissement de deux fleuves, en bac. Ce sont des navettes fabriquées artisanalement, avec des planches de bois superposées sur des pirogues à moteur attachées côte à côte.  La traversée du premier fleuve, celui de la Tsiribihina,  dure environ 45minutes , et celui de la Manambolo dure environ 15 minutes.

Avec la voie maritime, l’expédition ultime (en 4 jours)

Rejoindre Bekopaka à bord d’une pirogue ou d’un chaland, c’est une aventure magnifiquement intense. L’embarquement se fait au départ de Miandrivazo, situé à 250km d’Antsirabe, sur la route pour Morondava. C’est le début d’une descente  de 3 jours, sur les fleuves de la Mahajilo et de la Tsiribihina.  Une traversée au rythme de la nature, l’occasion d’apprécier pleinement le paysage, bercés par le son des hérons et des martin-pêcheurs. En cours de chemin, une halte à la splendide Cascade Nosy Ampela invite à une baignade dans la piscine naturelle de couleur bleu turquoise.  Un permet de croiser pêcheur et orpailleur, de rencontrer des villageois accueillants, d’apercevoir des lémuriens curieux, et de distinguer des crocodiles bronzant paisiblement. Au plus proche de la nature, c’est sur les berges du fleuves que le bivouac est installé, dégustant un succulent poisson frais. Le troisième jour marque l’arrivée à Belo-sur-Tsiribihina, où le fleuve apaisant laisse place à une demi-journée sur piste sinueuse.

Quelque soit le moyen de transport choisi pour rejoindre Bekopaka, l’accès aux Tsingy doit encore se mériter. Situé à 17km du village, compter environ 1h30 de piste  avant d’arriver sur ce lieu tant sollicité.

Une aventure épique dans un endroit magique

Dès l’arrivée au bureau du Parc National,deux options sont proposées : Petit Tsingy ou Grand Tsingy. Les Tsingy sont formées de la même manière, c’est  principalement sur la condition physique que repose le choix. Avec des passages périlleux en bordure de gouffre, de l’escalade, et des pont suspendus à 100 mètres au dessus des pics de Tsingy, la résistance au vertige est mise à rude épreuve. Avant d’arriver au sommet, il faut grimper, ramper, et se faufiler dans des passages très étroits. Assez intense, mais quelle récompense! Une vue imprenable sur les splendides cathédrales de calcaires. Les premiers habitants de Madagascar, le peuple des Vazimba, ont trouvé refuge dans ces grottes et y ont installé leurs tombeaux. C’est aujourd’hui un lieu de culte et de cérémonie pour la population. Culture, aventure, nature, les Tsingy de Bemaraha est une randonnée à ne pas manquer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.